Comment parler de spiritualité en entreprise ?

Spiritualité en entreprise

La spiritualité en entreprise

S’il est une valeur que l’on retrouve souvent au sein des diverses croyances spirituelles, c’est cette volonté d’apporter un sens à la vie. L’ensemble des idéologies d’un être humain façonne sa manière de fonctionner au quotidien, avec autrui. Et ses convictions agissent sur l’activité qui occupera la plus grande partie de son existence : son travail.

C’est donc en mettant en avant ces valeurs partagées que l’entreprise peut ouvrir la voie à la spiritualité. Elle peut même « les exploiter » pour le bénéfice de tous : direction, collègues, partenaires, clients, etc.

Dans un contexte professionnel où la spiritualité relève parfois du tabou au travail, il est tout de même important d’agir avec prudence et équilibre pour ne pas tomber dans deux pièges :

  • l’excès de pragmatisme. Un management trop porté sur le profit et ne prêtant plus attention au bien-être des employés comme des clients)
  • l’excès de spiritualité. Le problème inverse, où la direction de l’entreprise néglige le caractère purement matériel, voire mécanique du travail. Ces aspects nécessaires pour que justement le produit du travail contribue au bien-être de tous. Le matérialisme doit donc aussi être abordé, car l’exécution des tâches matérielles par une personne donne un sens spirituel à sa présence parmi ses semblables.

Exprimer la spiritualité en entreprise

Parmi l’immense diversité de croyances qui peuvent coexister dans le milieu de l’entreprise, la meilleure manière d’exprimer sa foi, lorsque l’on ressent le besoin d’en parler avec des mots, c’est de ne pas chercher à convaincre. Chacun a sa spiritualité, marche sur la même terre ; mais part d’un emplacement différent.

Par conséquent, chacun regarde le même environnement, mais d’un point d’observation différent. Tous les acteurs de l’entreprise ont la liberté d’afficher leur conviction. Ainsi, tous doivent être ouverts aux réactions diverses qui peuvent en découler (enthousiasme, incompréhension, débat, partage d’expérience, malaise…).

Au final, il importe uniquement d’être convaincu soi-même et non de chercher à faire adhérer les autres à ce que l’on croit. Il appartient ensuite à chacun d’adapter ses mots et ses actes pour formuler à autrui sa spiritualité.

Unir les convictions spirituelles entre les travailleurs et face à la clientèle

Les valeurs communes évoquées précédemment peuvent être exprimées en invitant tous les collaborateurs à les mettre en pratique. Si l’on prend pour exemple la notion de partage, elle peut servir de méthode pour amener chaque forme de conviction spirituelle à se manifester, de manière à ce que tout le monde en tire avantage.

Pour continuer sur cet exemple, les membres du personnel peuvent communiquer régulièrement leurs connaissances intellectuelles ou l’un de leurs talents auprès de leurs collègues. Et ce, dans le cadre d’une formation décontractée pour ne pas l’alourdir d’un ton « obligatoire ». Ainsi, tout le monde en bénéficie, le partage est accompli et une valeur spirituelle a été pratiquée de manière concrète.

D’une part, on souligne l’importance de ce talent, cette capacité de l’individu qui est l’une de ses raisons d’être. D’autre part, on la diffuse auprès de tous.

Pour ce qui est de l’image de l’entreprise, ces mêmes valeurs peuvent être formulées de façon à toucher le client cible, qu’importent ses convictions. Là aussi, en misant sur ce que l’on est sûr de partager avec lui.